🎄Un potager en permaculture pour Noël ? 🎁🎁

Rejoignez la formation unique de l’équipe « PermacultureDesign » et découvrez comment enrichir votre jardin avec un potager en permaculture, intégrant harmonieusement un petit plan d’eau. Apprenez à maximiser votre espace avec des techniques simples et durables pour un jardin foisonnant de vie et de saveurs.

« Bassin et potager en Symbiose »

La conductivité de l’eau µS/cm

Vous êtes-vous déjà demandé ce que signifiait la conductivité de l’eau en micro-Siemens par centimètre ? La réponse est simple : elle donne une indication sur la minéralisation de l’eau. Dans cet article, nous allons expliquer ce que cela signifie et comment mesurer la conductivité, ainsi que l’effet des saisons sur ce phénomène. Nous aborderons également l’importance de la pression osmotique pour les organismes biologiques et comment y faire face en cas de changement d’eau.

La conductivité de l’eau µS/cm : c’est quoi ?

La conductivité (mesurée en micro-Siemens par centimètre) de l’eau donne une indication sur la minéralisation globale de cette eau. Plus l’eau est minéralisée plus il y a d’ions et par conséquent plus le passage du courant sera important et la conductivité élevée.

Dans la grande majorité des cas, le calcium et le magnésium (GH) participent le plus à la conductivité. 1°GH produit une conductivité de 30 µS/cm à une température de 20°C. Si l’eau dépasse ce rapport de conductivité on peut en déduire qu’elle contient des quantités non négligeables de sodium ou de potassium.

La minéralisation détermine la pression osmotique. C’est un phénomène particulièrement important du point de vue biologique qui est à l’origine de certains processus de gonflement ou de contraction. Une cellule normale mise dans une solution peu minéralisée va immédiatement se remplir d’eau afin de compenser la différence de pressions osmotiques. Le gonflement peut être si fort que la paroi de la cellule peut éclater, entraînant la mort de celle-ci.

La plupart des organismes animaux et végétaux supérieurs sont capables de s’adapter lentement à des pressions osmotiques variables. Les cellules des oeufs en sont incapables. Lors du transfert de plantes ou de poissons dans une autre eau il convient de les acclimater lentement.

Le passage d’une eau à basse conductivité vers une eau à conductivité plus élevée est bien toléré. Dans le sens inverse il arrive souvent des problèmes. Il y a alors lieu de procéder par étapes successives et échelonnées dans le temps.

La température joue un rôle sur la mobilité des ions, ainsi une eau plus chaude aura une conductivité plus élevée. Il convient alors d’appliquer un facteur de correction. (valeur normale à 20°C)

Comment la mesure-t-on ?

La conductivité est mesurée via le passage d’un courant alternatif entre deux électrodes. Une cellule de mesure est immergée dans l’eau et sa valeur est ensuite lisible sur un écran. Elle est communément mesurée en S/cm. Les ions présents dans l’eau se déplacent davantage lorsque la température augmente, de sorte que la valeur mesurée est plus élevée. Les mesures doivent toujours inclure la température à laquelle elles ont été prises, surtout si elle est distincte du référentiel de température de 20 °C. Grâce à un capteur de température incorporé à l’appareil de mesure, la valeur mesurée est automatiquement corrigée en fonction de la température de l’eau.

Certains appareils et dispositifs conçus spécialement pour cela permettent de faire le test.

L’effet des saisons sur ce phénomène

La conductivité d’un bassin et de tout plan d’eau augmente lorsqu’il ne reçoit pas suffisamment de pluie ou d’eau de ruisseau. L’eau s’évapore, mais pas le sel. 

La fonte de la neige et de la glace au printemps entraîne également une augmentation de la salinité de l’eau sous-jacente, car les sels ne sont pas incorporés dans la glace.

Autres paramètres de l’eau à connaitre :