Le jardin japonais : créer un jardin japonais

Bien souvent un aménagement japonais est incontournable dans la réalisation du bassin. La passion pour les carpes japonaises Koï, pour les bonzaï, l’attirance pour le bouddhisme Zen sont autant de raisons pour donner une touche japonisante au bassin.

Il s’agit bien d’une touche japonisante et non pas d’un style japonais, car ce dernier est très complexe et peu de personnes le maîtrisent réellement. Vous trouverez à travers cette rubrique quelques explications, réflexions suggestions vous permettant de réaliser tel ou tel décor, disposition, harmonie conférant une touche japonisante à votre jardin aquatique.

Un jardin japonais zen

Le jardin japonais doit pouvoir être admiré à chaque saison, d’où l’utilisation d’arbustes à floraison importante pour le printemps, d’espèces à feuillage automnal particulièrement admirable, de variétés à écorces décoratives ou de taille mise en valeur par le dépouillement végétal de l’hiver.  L’été le jardin donnera une impression de calme par la dominance de la couleur verte (pas ou très peu de fleurs).

Photo d'un jardin japonais

Les éléments essentiels d’un jardin japonais

A l’origine, ces jardins sont des miniaturisations des îles japonaises symbolisées par les rochers (regroupés par endroit, toujours en nombre impair). L’eau est souvent représentée par des plages de sables sur lesquelles sont dessinés au râteau des motifs en forme de vague. Le jardin comprend beaucoup d’arbustes taillés et stylisés. Les vivaces à fleurs sont peu présentes, on rencontre surtout des persistants qui expriment l’éternité.

Souvent de petite taille (jardin de thé) le jardinier lors de sa mise en place joue avec les perspectives, les découvertes au détour de la promenade. Il est fermé au regard par des palissades, des haies, des clôtures végétales de différentes hauteurs afin de ne pas donner une sensation de barrière visuelle. La présence de l’eau donne sa troisième dimension au jardin japonais.

Chaque élément est intégré en fonction de sa signification et de son harmonie avec le reste du jardin. Le terrain est souvent modelé de manière à recréer des vallées, des collines de gazon (Helxine soleirolii) surmontées de roches donnant une silhouette alpestre à l’ensemble. Les pierres en bordure d’eau symbolisent une côte rocheuse. Une petite cascade évoquera la force d’un torrent.

La réalisation de quelques éléments (développés sur des fiches séparées) donneront à votre jardin une touche japonisante 

La décoration d’un jardin Japonais

Les pas japonais

Les pas japonais donnent du style à votre jardin. Inspirés du design asiatique, ils offrent aux visiteurs un moyen de découvrir votre jardin comme ils le souhaitent sans détruire votre pelouse.
L’ajout d’un pas japonais à votre jardin crée un style propre et logique car il offre un chemin qui permet de l’explorer. Ce design peut être facilement réalisé et il existe de nombreux matériaux parmi lesquels choisir. Tout en conservant cet esprit zen et naturel, vous pouvez adapter le pas japonais à vos goûts.

chemin de dalles suspendues au-dessus de l'eau
chemin de pierres

Les ponts

Les ponts en arc des jardins japonais sont presque toujours laqués en rouge, comme dans les monastères bouddhistes. Souvent, ils n’ont pas de garde-corps, afin de conserver la perspective. La balustrade basse donnera l’illusion que le pont japonais est plus éloigné qu’il ne l’est, ce qui ajoutera de la profondeur au jardin. La caméra sera positionnée légèrement en oblique par rapport au point de vue principal pour donner l’impression de profondeur.

Pont en bois style japonais (peinture rouge) assez sophistiqué
Pont style japonais plus simple.

Les allées d’inspiration japonaise

Très importantes dans le jardin japonais, les allées ont deux destinations principales :

allées en planches

La première permet de desservir les points principaux, axes de passage, ils sont le plus souvent rectilignes. Les bordures sont matérialisées : lattes d’azobé pour une allée en gravillon, coupe droite des dalles (pavage) utilisées pour réaliser le chemin.

Allées en demi-traverses

La seconde offre plus de possibilités car elle permet la promenade dans le jardin. Les pas japonais peuvent être utilisés pour leur réalisation tout comme des traverses en bois, des petits ponts en bois enjambant une surface verdoyante (mousse, fougères…).

Allée souple en courbes

Déambulatoire, cette allée épouse les formes, le relief du jardin, serpente à travers les massifs, monte et descend pour offrir des perspectives différentes.

Les auges de pierre / Tsukubai japonais

Destinées à la purification, les « tsukubai » sont des rochers (40 cm maximum) taillés présentant une cavité remplie d’eau (en mouvement ou non) dans laquelle on peut venir se rincer les doigts. Ce rocher doit être placé de façon assez discrète dans le jardin.

Pour parfaire le style, l’eau sera amenée au moyen de canalisations en bambou (tuyau pvc camouflé à l’intérieur des cannes de bambou). Ils peuvent être le départ d’une rivière sèche qui rejoint le bassin ou tout autre point important du jardin.

A la mise en place prévoir la circulation de l’eau en posant le rocher sur une cuve qui récupérera l’eau et abritera la pompe. Une structure en galvanisé supportera la pierre, prévoir une trappe pour l’accessibilité à la pompe et à la tuyauterie. Des galets, pierres plates camoufleront la grille.

Dans un jardin nature, ces pierres taillées pourront se transformer en bains d’oiseaux. On peut également utiliser de vieilles auges, éviers en granit, anciens abreuvoirs très peu profonds…

Les lanternes japonaises en granit/pierre

Les premières lanternes en pierre japonaises étaient utilisées comme lampes votives dans les anciens sanctuaires shintoïstes. Au XVIe siècle, les maîtres de thé japonais utilisaient les lanternes en pierre dans les jardins de thé bouddhistes pour éclairer le chemin grâce à leur beauté rustique et à la richesse de leur lumière.

Au Japon, une lanterne tōrō est traditionnellement façonnée en bois, en pierre ou en métal. Elle est originaire de Chine, où les temples bouddhistes et les jardins chinois l’utilisent encore.

Différents modèles de lanternes japonaises
Une lanterne japonaise au bord d'un bassin.

Les jeux d’eau en bambou

Bien qu’initialement destiné à être utilisé comme épouvantail pour éloigner les animaux de la forêt, les jeux d’eau en bambou sont devenus un élément décoratif en Europe.

Parmi les jeux d’eau en bambou les plus populaires figure le « shishi odoshi ». On verse lentement de l’eau dans la tige de bambou. Lorsque la tige est pleine, son centre de gravité se déplace, la faisant basculer pour la vider. Lorsqu’elle revient à sa position initiale, son fond tape sur une pierre ou un autre bambou et émet un son profond et distinctif.

shishi odoshi (chasse-cerfs)

shishi odoshi à taille gigantesque

Les cascades, les ruisseaux

Mélange parfait entre le minéral et l’eau, les cascades et ruisseaux sont souvent épurés. Pas de berges verdoyantes, de plantes tombant dans l’eau, mais des bords nets et propres.

Il n’est point besoin d’utiliser des pompes à fortes puissances et de déverser des m³ d’eau dans vos réalisations. Un filet d’eau suffira pour alimenter un ruisseau. Ensuite à vous de jouer avec différents effets pour donner de la vitesse, du volume ou donner une impression de calme ou de hauteur.

La pente, l’élargissement ou le rétrécissement du cours d’eau, l’imbrication des pierres permettent une multitude de réalisations à tester avant scellement définitif des roches au mortier. Ne pas oublier que tous ces éléments influent sur la sonorité de votre cascade ou ruisseau… à moduler avec prudence.

Cascades style naturelle
Enrochement et cascades dans un jardin japonais
Cascade moussue

Les clôtures de style japonais

Dans les petits espaces que sont les jardins japonais, la clôture est un élément de décoration sur lequel vient s’appuyer le regard. Réalisées à partir de matériaux naturels, bambou, brande (bruyère), on peut également utiliser une clôture végétale vivante avec des bambous, des tiges de saule tressées…

Attention à leur hauteur, elles ne doivent pas dépasser 2 mètres (trop imposant, prise au vent) afin de pouvoir s’harmoniser dans le paysage. Opaques ou à claire-voie, chacune peut s’adapter en fonction des particularités du jardin.

Une clôture à claire-voie pourra laisser se dessiner une autre scène du jardin, tandis qu’une clôture opaque fera l’affaire en bordure de propriété ou pour cacher une installation technique ou une partie du jardin ayant un tout autre style.

allées au-dessus de l'eau dans un jardin japonais clôt.
Clôture végétale en bambou vivant

Ces décors doivent être courts (moins de 5 mètres de longueur) et s’enchaîner avec d’autres éléments : arbres, arbustes…

La végétation japonisante

Les conifères

Les conifères, qu’ils soient petits ou grands, occupent une place particulière dans les jardins japonais en raison de leur persévérance.

Les genévriers (Juniperus sp.) existent sous de nombreuses formes et couleurs (étalés, touffus, filiformes…). Les petits jardins s’y prêtent bien. Lors de l’achat, veillez à vérifier la hauteur de l’arbuste à l’âge adulte… Ils peuvent être associés à certains pins nains.

Il est préférable de planter les conifères loin du bassin (acidification de l’eau par les aiguilles) afin qu’ils n’occupent pas plus d’un tiers de la surface du jardin. Certains types ont des branches nettes et des plateaux en forme de nuages, qui peuvent ressembler à des bonsaïs.

Les érables japonais

Erables, cerisiers et pruniers à fleurs mettent en valeur le bassin

Au jardin, les érables japonais offrent une infinité de couleurs et de formes, parfois surprenantes. De nombreuses phases peuvent être observées entre le printemps et l’automne, et certains cultivars peuvent changer plusieurs fois la couleur des feuilles, créant ainsi de beaux contrastes. En outre, les amateurs de bonsaïs utilisent souvent des érables japonais.

Ces arbres sont originaires d’Asie, notamment du Japon, où ils sont courants dans les paysages et les jardins, au même titre que les pins et les cerisiers en fleurs. Non seulement le feuillage et les fleurs de ces plantes sont beaux et élégants, mais ils ont aussi des grappes de fleurs violettes avec des étamines jaunes, tandis que les fleurs sont rouge vif. 

Les azalées et rhododendron

Il n’y a qu’une seule période de l’année où le jardin japonais devient une éruption de couleurs : le printemps. À cette époque de l’année, les azalées, les camélias et les rhododendrons fleurissent. Voir la page détaillé sur les azalées et rhododendron.

En France, vous pouvez planter ces plantes presque partout si vous choisissez bien vos variétés (et surtout votre fournisseur !).

Les vivaces, les fougères

Les plantes vivaces et les fougères sont utilisées comme une forme de sous-bois, pour décorer les pieds des arbres et pour végétaliser la zone autour de l’étang dans le jardin japonais.

Les bambous

Les bambous apportent une touche exotique et asiatique à tous les endroits où ils se trouvent.

Le bambou est une plante monocotylédone appartenant à la famille des Poaceae (graminées), sous-famille des Bambusoideae. Outre leur port arborescent et leurs grandes tiges ligneuses, ces herbes se distinguent des autres graminées par leurs tiges ligneuses.

Le bambou est un arbuste à feuilles persistantes et décoratif qui peut être envahissant.

L’esprit du Jardin japonais

Un jardin japonais est traditionnellement un lieu conçu pour apporter la tranquillité d’esprit. En tant que tels, les jardins sont généralement construits avec de l’eau, des plantes et des pierres pour représenter la nature.

Le jardin japonais n’est pas seulement pour l’observation, mais c’est aussi une oasis pour le rajeunissement spirituel. L’une des caractéristiques les plus frappantes des jardins japonais sont les roches ou les pierres astucieusement placées qui sont utilisées pour construire des îles et des ponts. Ce style de conception de jardin met l’accent sur la beauté dans la simplicité et reflète également les croyances bouddhistes traditionnelles.

Le but de ces jardins était à l’origine destiné à la relaxation, à la méditation et à la massothérapie (voir shiatsufrance.fr sur le massage japonais Shiatsu). Le son apaisant des cascades ou des ruisseaux peut être apaisant tandis que les plantes créent une atmosphère qui vous donne envie de vous attarder un peu plus longtemps avec un bon livre sur vos genoux

Pour conclure

Chacun est libre d’adapter telle ou telle variante, disposition ou de se servir d’une prédisposition du bassin existant pour accueillir tel ou tel élément, l’essentiel est de conserver une impression d’harmonie et de calme dans le jardin. On proscrira ainsi une lanterne japonaise de 2 mètres de haut à côté d’un bassin de 3 m², ou un gros bonzaï cachant les ¾ de la surface visible en eau…

Avant toute chose une profonde réflexion doit être entreprise… je vous laisse méditer.


 

Retour haut de page