Koï : soins, maladies, mortalité, symptômes – nos conseils

Il est important de rappeler en préambule qu’en dehors de problèmes pouvant se déclarer suite à l’achat de poissons (problèmes de la quarantaine et de son efficacité relative), la surveillance des poissons doit être quotidienne.

C’est la connaissance de leur comportement habituel qui doit nous permettre de détecter le moindre signe de perturbation, signe avant-coureur d’un problème pathologique. Les informations données ci-dessous le sont à titre purement indicatif. Seul un spécialiste ayant examiné un poisson saura être en mesure de prescrire le traitement adéquat. Il s’agit ici de vous montrer que des solutions existent.

Retour à notre page d’introduction sur la carpe Koï.

Préambule : Contrôler votre eau

Avant tout chose : introduction de poissons ou traitement, il faut s’assurer que les paramètres de l’eau sont corrects. 5cf. tableau récapitulatif des paramètres de l’eau du bassin)  Au départ, lors de la première introduction de poissons, le plus important est de s’assurer que les nitrites sont absents. Le mieux est d’attendre entre 3 et 4 semaines après la mise en eau.

Pour tester les paramètres de l’eau il existe des réactifs en bandelettes (tests de l’eau) ou des tests gouttes en vente dans tous les magasins spécialisés et les magasins d’aquariophilie (ce sont les mêmes).

En cas de mortalité, maladies, regarder de quel cas de figure il s’agit :

  • Mortalité liée à la qualité de l’eau, pollution, empoisonnement (changement d’eau impératif !)

  • Mortalité liée à une pathologie (traitement à appliquer voir ci-dessous)

Soins des carpes Koï : a savoir :

Quelques symptômes :

  • Le poisson maigrit, il ne se nourrit plus,
  • Le poisson s’isole, nageoires serrées et devient apathique,
  • Le poisson présente des difficultés respiratoires
  • Le poisson se frotte, présente des irritations
  • Des lésions sont survenues, 
  • Des parasites sont visibles, 
  • Hyper production de mucus

Les règles impératives :

  • Pas de traitement à l’aveuglette (produit, quantité, durée, mélange…)
  • Pas de cumul des traitements
  • Pas de sur ou sous-dosage
  • Pas de préventif
  • Pas de traitement en dessous de 10°C
  • Pas de traitement au sel en bassin

Avant et pendant le traitement :

  • Test des paramètres de l’eau (NO² nitrites – O² oxygène) si possible tôt le matin afin d’observer le seuil critique O² – GH – KH – pH  avant le démarrage de la  photosynthèse
  • Changement partiel de l’eau (faire couler un filet d’eau pour renouveler une partie de l’eau du bassin)
  • Débrancher électriquement l’appareil UV pendant le traitement
  • Oxygénation maximale du bassin
  • Surveillance des poissons pendant les 3, 4 premières heures après le traitement

La trousse d’urgence, conseils en cas de maladies (problèmes) et soins à apporter à vos carpes Koï

Les soins à apporter aux pensionnaires d’un bassin sont minimes. Il faut les nourrir, les observer pour s’assurer de leur bonne santé (respiration accélérée, frottement sur les pierres, inertie du poisson, tangage, isolement par rapport aux autres poissons …). Il est important de permettre aux Koï de passer un hivernage le moins épuisant possible.

Il faut bien les nourrir à l’automne et leur donner, ainsi qu’au printemps, des compléments vitaminés leur permettant de préparer, puis de récupérer, les 4 mois de jeûne. Voici quelques réflexes à avoir si des poissons montrent des signes de faiblesse dans votre bassin

En donnant à manger à vos poissons, surveillez bien tout comportement anormal. Un poisson qui s’isole des autres est un poisson stressé ou malade. En cas de doute (manque d’appétit, décoloration, apparition de taches ou de filaments blanchâtres… ) attrapez-le et placez-le par précaution dans un bac de quarantaine filtré et aéré. Surveillez son évolution. Un traitement pris à temps permet une guérison du poisson dans la majorité des cas et peut éviter une contagion aux autres pensionnaires.

Pour chaque type d’infection il existe un remède spécifique. Contacter votre spécialiste, en lui apportant un poisson et en lui décrivant de manière précise les symptômes (nage, appétit, isolement…). Signalez tous les poissons que vous possédez car des espèces (ides, esturgeons) ne supportent pas certains traitements.

Que faire en cas de mortalité soudaine importante ?

S’il y a une mortalité soudaine importante dans un bassin (ou la totalité), c’est systématiquement un problème de qualité de l’eau :

  • Pollution interne : tester les nitrites (montée de nitrites dans un nouveau bassin, excès de nourriture, présence de poissons ou d’animaux morts)
  • Manque d’oxygène : mettre une cascade, des jets, des aérateurs… (aération insuffisante, les poissons montent à la surface et pipent l’air, trop grande quantité de plantes oxygénantes qui dégagent de CO² la nuit, traitement en cours consommateur d’oxygène)
  • L’hiver en cas de gel prolongé du bassin : dégagement de méthane (issue de la décomposition des matières organiques au fond de l’eau) qui, ne pouvant s’échapper, asphyxie les poissons.
  • Pollution externe : changement progressif de l’eau (traitement chimique près du bassin, pulvérisation insecticide, engrais… , le bassin récupère les eaux de ruissellement des terrains cultivés)

Que faire Si des Koï meurent régulièrement de temps à autre ?

Si des Koï meurent régulièrement de temps à autre dans un même bassin cela relève plus d’un problème de pathologie. Il peut s’agir d’attaques de parasites externes ou internes (sangsues, vers, argules, protozoaires …), de champignons (mousse, fungus, putréfaction des nageoires), de virus, de bactéries.

Déterminer la pathologie dont souffre vos poissons dans les symptômes ci-dessous. Il est important de pouvoir diagnostiquer rapidement une infection parasitaire.

Carpes Koï : les différents symptômes possible

A partir du tableau ci-dessous vous pouvez trouver les origines probables des problèmes de santé de vos poissons, koï. En fonction, vous pourrez ensuite trouver des possibilités de traitement. Cliquez sur le bouton qui vous intéresse…

Symptômes :Responsable :Code
Petits points blancs sur le corps (comme des grains de sel < 1 mm)Ichthyo – Point blanc       P
Plaies avec duvet (blanc, vert ou marron) sur les flancs, nageoiresFungusM
Frottement du poisson sur les pierres, fond et côtés du bassin. Petites hémorragies sur le corps et les nageoires. Film bleuâtre opaque sur la peau.Parasites protozoairesP
Costia, Trichdina, Ichthyo
Ulcères, inflammations, pourriture nageoires, queue, boucheInfections bactériennes externesB
Halètement, hyper production de mucus, nageoires serrées avec veines rouge yeux viteux, écailles soulevéesInfection bactérienne secondaireB
Hémorragies, rougeurs à la base des nageoires et autour de l’anusSepticémie bactérienne interneB
Petit bouton cireux (gélatine dure) possible sur tout le corpsExcroissance virale (tumeur)V
Gros point blanc rond et réguliers (> 3 mm)Variole de la carpeV
Gonflement, problèmes de flottabilité (voiles de Chine) écailles soulevées (pomme de pin) yeux exorbités Infections bactériennes et virales internes HydropisieB/V
Parasites, vers visibles sur le corps du poissonPou, ver à ancre, sangsues, nématodesP

 

 En fonction des symptômes vous pouvez déterminer une origine au problèmes de santé de vos koï, poissons d’ornements. Attention, un symptôme peut en cacher un autre. Il n’est pas rare d’observer une externalisation de la pathologie ! En ce qui concerne les parasites protozoaires seul un examen microscopique après frottis vous permettra de connaître avec précision le type de parasites auxquels vos poissons sont confrontés.

Code P = Parasites

Voir les différents parasites, des photos, les symptômes, les traitements.

Code M = Maladies

Voir les différentes maladies, des photos, les symptômes, les traitements.

Code B = Bactéries

Voir les différentes bactéries, des photos, les symptômes, les traitements.

Code V = Virus

Voir les différents virus, des photos, les symptômes, les traitements.

 

Rappel : Les informations données dans cette section le sont à titre purement indicatif. Seul un spécialiste ayant examiné un poisson saura être en mesure de vous prescrire le traitement adéquat. Il s’agit ici de vous montrer que des solutions existent. Passion Bassin ne saurait être tenu d’une quelconque responsabilité concernant la mise en oeuvre d’un traitement dans un bassin.

Autres conseils

Dans un petit bassin ( taille < à 5 m³) on peut traiter la totalité de l’eau avec le produit adéquat. Pour un bassin de grande taille, il serait illusoire de traiter la totalité de l’eau (coût du traitement, destruction de la faune bactérienne et de l’équilibre du bassin). En fonction de la pathologie, on peut dans ce cas traiter le poisson dans un aquarium ou une grande bassine (toujours bien aérer) en attendant sa guérison. L’avantage est de pouvoir suivre le poisson de près et de donner la dose adéquate de traitement (connaissance exacte du volume d’eau).

En tout état de cause il faut veiller à maintenir l’équilibre biologique de l’eau du bassin, éviter la surpopulation, les chocs psychologiques et le stress aux poissons qui doivent être nourris correctement. Je vous déconseille de traiter préventivement… car comme pour tout médicament, il y a un renforcement naturel des bactéries à l’action des traitements et le jour où une maladie se déclare, les produits usuels du commerce ne sont plus assez forts pour être efficaces.

En cas de traitement à base de sel, enlever au préalable les sacs de zéolithe, sinon celle-ci va re-larguer la totalité de l’ammoniaque fixée.


Retour haut de page