L’orvet : présentation et photos de ce lézard qui ressemble à un serpent

Voici quelques reportages sur des espèces particulières que l’on peut rencontrer autour du bassin. Bien souvent victimes d’une mauvaise réputation, espèces confondues… ces animaux vertébrés à sang froid sont pourtant fascinants à regarder vivre près d’un point d’eau. 

Actifs lors des chaudes journées estivales, ils hibernent par temps froids, en particulier en hiver, dans des abris empruntés souvent à des rongeurs sous des pierres, tas de gravats (tuiles, cailloux…).

L’ORVET un drôle d’animal

Véritable lézard sans pattes (lézard apode) l’orvet (Anguis fragilis) se montre très souvent dans les jardins. Véritable auxiliaire du jardinier, il se régale de limaces, vers de terre et autres petits animaux. Quelques bouts de bâche posés à même le sol en plein soleil lui servent de refuge. 

Photo qui montre l'habitat de l'orvet
Un orvet en terrain de chasse

A la découverte du bassin… Il est possible de rencontrer l’orvet (Anguis fragilis) tout près de l’eau.
Ce spécimen se promenait en fin de matinée, dans les rochers près d’une touffe de Tillaea recurva. 

Détail de la tête de l'orvet
Anguis fragilis - orvet

Très fréquent dans les jardins potagers, vers les tas de compost… c’est un animal fouisseur.
Sa présence près du bassin avec la moitié du corps dans l’eau est plus exceptionnelle.

Détail de la tête d'un orvet

   

Détail sur la partie avant du corps. Comme les lézards, l’orvet est capable de se séparer de sa queue (autotomie) en cas de danger, prédateur par exemple. On rencontre parfois de tels individus avec une queue plus fine et courte contrastant avec le reste du corps trapu. Les chats et les tondeuses à gazon font de nombreuses victimes.

La longueur des mâles est de 30 à 40 cm, celle des femelles adultes (3 à 4 ans) est de 50 cm. Les orvets s’accouplent entre mai et juin. Ovovivipare, la femelle met au monde trois mois plus tard entre 5 et 10 jeunes, de coloration plus contrastée. 


Voir aussi La couleuvre : présentation et photos de ce serpent

Retour haut de page