Tourbières : C’est quoi ? Comment en réaliser une ?

C’est quoi une tourbière ?

Une zone caractérisée par une humidité élevée , des couches de tourbe et une végétation marécageuse qui forme de la tourbe.

Une zone humide est une zone très hydratée, avec un type de végétation spécifique et une forte concentration de débris organiques. Les tourbières se trouvent principalement dans les climats frais et tempérés. En raison du dépôt permanent de sédiments organiques sur le fond du lac et de la lente prolifération de la rive, elles se développent, principalement sous l’effet de l’acidification du milieu, modifiant ainsi l’habitat.

Il en résulte la formation d’un marais et d’une tourbière. Les tourbières ont une humidité constante et une faible perméabilité. Des plantes de marais et des prairies marécageuses y poussent. La tourbe est utilisée en médecine (boue), en agriculture (composant du compost) et à la ferme comme combustible en raison de sa capacité à absorber et à accumuler l’eau.

Types de tourbières

En fonction du processus de formation, de la communauté végétale et des caractéristiques de la tourbe, on peut distinguer les types suivants :

  • Tourbières haute (ombrotrophe) : formés dans les zone de terrain, ou Il n’y a pas d’eau qui coule(pas écoulement d’eau). Elles sont extrêmement acides et contiennent très peu de nutriments. La diversité végétale est faible en raison des conditions environnementales extrêmement difficiles. Le plus souvent, on les trouve sur des sphaignes, qui peuvent absorber et stocker l’eau de pluie dans leurs cellules. Au fur et à mesure de leur croissance, leur nombre augmente. Comme ces plantes poussent rapidement, elles créent de hautes collines, d’où le nom de ce type de tourbière. On y trouve également d’autres espèces végétales, notamment la laineuse à feuilles étroites, le marais commun, l’airelle des marais, le bleuet des marais et le rossolis à feuilles rondes. En plus des libellules mineures, des fruits de mer et d’autres animaux aquatiques, on trouve des grenouilles, des canards.
  • Les tourbières basses (soligène) : sont formées dans les vallées des cours d’eau, les lacs morts et rivières . Elles sont riches en sels minéraux et en humus, ce qui les rend fertiles et riches en espèces. On peut trouver diverses espèces de carex et de mousses dans les communautés de joncs. Il s’agit notamment du roseau commun, de la quenouille, de la prêle des marais et du carex. Plusieurs espèces d’animaux habitent cet habitat, dont les plus courantes sont les hydraires, les annélides et les mollusques.
  • Tourbières de transition (topogène) : Elles se produisent à un moment où les conditions environnementales sont intermédiaires entre les tourbières hautes et les tourbières basses, ou elles sont des étapes intermédiaires menant aux tourbières hautes. On trouve dans les tourbières de transition des plantes et des animaux que l’on trouve également dans les tourbières hautes et basses. Par exemple, les grenouilles, les tortues, les canards, le grand tétras… efont partie de ces plantes et de ces animaux.

Tutoriel étape par étape pour réaliser une tourbière

Voilà quelques photos de la nouvelle tourbière extérieure de 3 x 1.2 x 0.6 m de profondeur environ. De forme rectangulaire, les bords seront par la suite aménagés afin de se fondre plus facilement et plus naturellement dans le paysage.

   

Pour permettre un aménagement facile des rebords, j’ai effectué la mise à niveau en réalisant des petites buttes. Le niveau d’eau de la tourbière sera 15 à 20 cm en dessous du niveau de la terre. Cela permettra (après végétalisation des talus) de protéger les plantes, en cas de vent froid, l’hiver.

  

Terrassement, mise en place du feutre de protection (en dessous grillage galvanisé maille 20 x20 contre les dents des rongeurs curieux). La bâche est prête à être dépliée et positionnée au-dessus de l’excavation.

  

Vue globale avec (en partant de la gauche) le bassin 4 (bâche visible), la tourbière extérieure 
(feutre visible), le bassin 3 en contrebas avec le lagunage, le ponton et le bassin 2.

  

La bâche est déroulée dans l’alignement du bassin pour qu’elle s’échauffe au soleil.
Il ne reste plus qu’à la faire glisser pour la mettre en place dans l’excavation.

Tourbe mise en place (plus de 1800 litres de tourbe blonde)

   

Installation de la tourbe, des souches de conifères et des cheminées de remplissage (photo de gauche
ci-dessous) qui serviront aussi à mettre des végétaux flottants.

   

   

Le remplissage de la tourbière (eau de pluie) a été lent. La tourbe s’est gonflée d’eau puis s’est tassée.
Ci-dessous Utricularia et la première habitante (2 cm) des lieux !!! 

   

Les finitions sont en bonne voie :

Mise en place à l’automne des troncs de sapins et de plus de 700 kg de pierres en granit.
Dernière étape avant la plantation d’arbustes rampants (juniperus) au printemps.

L’introduction des plantes carnivores

 Voici enfin arrivées les plantes carnivores… les plantations attendront les beaux jours !
Pour le moment les températures nocturnes sont trop fraîches pour leur mise en place.

        

 Les plantes carnivores ont été plantées mi-avril … par une belle journée ensoleillée. J’espère que ces plantes pourront se développer durant la fin du printemps et l’été 2004 et seront assez résistantes pour passer leur premier hiver dehors. 

Les espèces sont les suivantes :

  • Sarracenia alata
  • Sarracenia flava
  • Sarracenia flava var. ‘Maxima’
  • Sarracenia leucophylla
  • Sarracenia purpurea subsp. venosa
  • Sarracenia x curtii
  • Sarracenia x gilpini
  • Sarracenia x melanorhoda
  • Sarracenia hybride

Les Tourbières et les Plantes Carnivores

Ma passion pour certaines plantes carnivores m’invite à vous faire découvrir ces biotopes aux multiples facettes ainsi que les végétaux qui les colonisent.

Il existe des tourbières dans le monde entier, elles sont localisées dans les régions à forte humidité atmosphérique :

  • La zone boréale et tempérée (Sibérie, Québec, Irlande, Norvège, Finlande, Suède, Islande…) où l’on retrouve des tourbières sur les façades maritimes, dans les montagnes jusqu’ 2300-2500 m d’altitude.
  • La zone des climats tropical humide et équatorial (Amérique centrale, Andes, Afrique centrale, Indonésie, Australie…)

Devant une telle répartition, on a de la peine à s’imaginer la diversité et la richesse biologiques de ces zones tant sur le plan végétal qu’animal. Ces espaces témoins d’un autre temps sont à protéger et à sauvegarder de toute urgence (assèchements, exploitation de la tourbe, comblement, pollution…).

Pour vous faire rêver, avant d’entrer plus en détail dans le monde des tourbières européennes, je vous laisse découvrir quelques photos de plantes de tourbière provenant du monde entier…

Drosera adelae
Pinguicula primuliflora

Droseraadelae – Pinguicula primuliflora

Heliamphore
Drosera capensis
Sarracenia purpurea

 Heliamphore- Drosera capensis -Sarracenia purpurea

Dionée
Drosera binata

Dionée -Drosera binata

Drosera regia
Pinguicula moranensis

Drosera regia- Pinguicula moranensis

Drosera aliciae
Dionaea muscipula

Droseraaliciae – Dionaea muscipula

Darlingtonia californica
Sarracenia flava
Sarracenia purpurea

Darlingtoniacalifornica – Sarracenia flava – Sarracenia purpurea

Sarracenia flava
Caphalotus
Darlingtonia californica

Sarraceniaflava – Caphalotus – Darlingtonia californica

ASUIVRE… la réalisation en imaged’une tourbière extérieure (été 2003) : suivrela réalisation
Tourbière extérieure (été et automne) avec différentes espèces desarracenia :

Nouvelle série de photographies :

Sarracenia flava
Sarracenia x

Sarraceniaflava – Sarracenia x

Sarracenia purpurea
Pinguicula Sethos (hybride horticole)

Sarraceniapurpurea – Pinguicula Sethos (hybride horticole)

Caphalotus

Caphalotus

Sphaigne et darlingtonia
Pinguicula

Retour haut de page